Et si on adoptait tous le réflexe compostage ?

Bientôt, nous n’aurons plus le choix, nous devrons tous trier nos biodéchets à la source, c’est-à-dire que nous ne devrons plus déposer nos déchets de cuisine dans la poubelle à ordures ménagères. Alors pourquoi ne pas s’y mettre tout de suite et prendre les bonnes habitudes ?

Qu’est-ce que les biodéchets ?

Il s’agit des déchets organiques, restes alimentaires, déchets de cuisine, déchets verts… qui sont entièrement biodégradables.

Pourquoi est-il déconseillé de les jeter avec les ordures ménagères ?

Lorsqu’ils sont mélangés à d’autres détritus, ces déchets naturels ne peuvent pas être valorisés. Or, leur tri à la source permet de réduire considérablement le poids de nos poubelles (environ 30%) et une fois collectés, nos biodéchets deviennent une ressource pour les cultures !

Comment composter ses biodéchets ?

Tout d’abord, il faut s’équiper d’un composteur, que l’on peut acheter dans les magasins de bricolage ou directement sur le site Internet de l’Agglo du Pays de Dreux, via ce formulaire, où des composteurs sont disponibles à tarif préférentiel.

Si vous n’êtes pas sûr de vous, l’Agglo organise régulièrement des formations au compostage. Et si vous habitez dans un habitat collectif et que vous souhaitez composter vos déchets, l’Agglo met en place des sites de compostage collectif (des composteurs sont installés en bas de certains immeubles pour permettre aux habitants des appartements de composter eux aussi. C’est gratuit et les habitants bénéficient d’un accompagnement d’un an).

Qu’est-ce que je peux composter ?

La liste est longue ! Épluchures de fruits, de légumes, d’agrumes, restes de repas d’origine végétale (riz, pâtes…), marc de café, sachets de thé, végétaux (feuilles mortes, tailles de haies, branchages broyés, fleurs fanées… et en petite quantité, du pain, des mouchoirs en papier et de l’essuie-tout.

Attention, tout ne peux pas se composter ! Par exemple, la litière, les corps gras, comme l’huile ou les sauces, le charbon de barbecue ou encore la terre, ne doivent pas être jetés dans un composteur.

Les règles d’or d’un bon compost 

  1. Il est important d’équilibrer les apports entre les déchets « mous et humides » (restes de repas, épluchures, tontes de pelouses…), qui doivent représenter les 2/3 des déchets déposés dans un composteur et les déchets « bruns et secs » (branchages broyés, herbes sèches, feuilles mortes…), le tiers des déchets restants.
  1. Aérer ses déchets est primordial. Ils doivent donc être régulièrement mélangés sur 10 cm, idéalement à chaque apport, et un grand brassage doit être réalisé une fois par mois environ. Un brass compost, un outil dédié à l’aération du compost, peut également être acheté via le formulaire de l’Agglo du Pays de Dreux.
  1. Contrôler et réguler l’humidité de son compost est l’une des clés de la réussite. Pour bien fonctionner, un compost doit être humide mais pas trop ! Pour vérifier la bonne teneur en eau, il suffit de prendre une poignée de matière et de la presser. Si quelques gouttes perlent au travers de vos doigts, cela signifie que l’humidité est idéale. Si le compost est trop sec, arrosez et mélangez-le. S’il est trop humide, ajoutez-y des déchets bruns et secs.

Vous n’aurez ensuite plus qu’à récolter votre compost, un terreau riche, de qualité et 100% naturel ! Vous retrouverez ainsi de la place dans votre composteur et vos plantes seront naturellement plus belles !

Retrouvez toutes les informations utiles dans le document ci-dessous !

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×